1
juil
2015
2

Quand les bâtiments deviennent intelligents…

Il n’y a pas de smart city sans smart building. L’intelligence moyenne des bâtiments connectés ne cesse de progresser sous l’effet des innovations liées au numérique. Avec au final toujours plus de bien être pour ses habitants.

joyful couple relax and work on laptop computer at modern home

L’intelligence ne se résume plus à la simple domotique (systèmes d’alarme ou de régulation thermique), l’Internet des objets vient révolutionner le rapport à l’habitat. Les bâtiments sont devenus connectables et pilotables à distance pour offrir une infinité de services potentiels à leurs habitants et ainsi leur simplifier leur quotidien et améliorer leur qualité de vie. Grâce à des capteurs installés au domicile et un bon logiciel de traitement des données, il existe dorénavant des solutions pour mieux gérer l’énergie, pour autoriser des accès à distance ou encore favoriser le maintien à domicile des seniors. C’est l’exemple d’Eva, ce projet d’analyse à distance du comportement des seniors en fonction de leur consommation d’eau et d’électricité et de leurs mouvements à l’intérieur du logement.

Autre atout du smart building, l’usager va pouvoir de plus en plus interagir avec ses voisins.

 Les bâtiments connectés n’apportent pas seulement une solution technique, explique Sabine Desnault, directrice du développement durable chez Nexity. Ils permettent aussi de fluidifier le lien social à l’intérieur d’un foyer ou à l’échelle d’un immeuble. 

Et Sabine Desnault de citer l’exemple d’une tablette murale qui intègre l’ensemble des services liés à l’habitat sur laquelle toutes les personnes du foyer peuvent se connecter. L’idée est de pouvoir aussi bien y régler son éclairage, que bénéficier d’une plateforme d’échanges de services entre voisins ou encore de réserver un véhicule en auto-partage à destination des copropriétaires des résidences franciliennes du promoteur immobilier.

Si les bâtiments vont probablement devenir de plus en plus connectés, ils ne le sont que très rarement de façon native aujourd’hui. Les édifices sont souvent connectés après coup sous l’action d’un écosystème réunissant les acteurs traditionnels du BTP, de grands équipementiers électriques et des start-up innovantes. Quand la connectique fera partie des murs, il sera alors temps de passer véritablement de l’ère du bâtiment connecté au bâtiment intelligent.

Déjà quelques clients que nous avons sondés récemment au sujet du domicile idéal, conclut Sabine Desnault, expriment leur souhait d’un logement qui les reconnaisse sur le pas de la porte et qui s’adapte automatiquement à leurs goûts personnels concernant la lumière, la température ambiante ou encore… la musique ! 

Vous aimerez aussi

Nice, nouvelle vitrine des smart cities à la française

Laisser un commentaire